La philosophie des seins, interview avec l’illustrateur Noa ICHIKAWA

La philosophie des seins, interview avec l’illustrateur Noa ICHIKAWA

597 361 Lulubia

Si vous avez ne serait-ce que jeté un coup d’œil à Oppai Café ou à Sweet Switch vous connaissez forcément Noa ICHIKAWA. Il est l’illustrateur talentueux derrière la plantureuse poitrine de Satomi ou le visage timide de Fumino. Fan de son style, j’ai eu l’occasion de l’interviewer pour qu’il puisse partager avec vous son amour du dessin et de l’érotisme. Je vous invite donc à vous plonger dans son univers dans une interview pleine de passion, parsemée d’humour, pour comprendre la philosophie des seins de Noa ICHIKAWA.

Bonjour M. Ichikawa, pouvez-vous vous présenter ?
Bonjour et enchanté, je m’appelle Noa ICHIKAWA. Tous les jours je dessine des seins dans la quête de mon idéal érotique.

Comment êtes-vous entré dans l’industrie des eroges ?
Au départ, on m’a plusieurs fois emmené à des salons de vente de doujinshi (NDLR: œuvres amateures, souvent érotiques) dans ma ville natale. Je m’y suis bien amusé. J’ai ensuite été membre de différents cercles de dessinateurs amateurs. C’est comme cela que j’ai commencé à succomber au plaisir et à la joie de la création.
Du coup, je suis entré dans une école d’arts « otaku » et une fois diplômé j’ai commencé à travailler dans une entreprise qui développe des eroges en tant que graphiste.
J’ai beaucoup appris dans ce métier et ce fut un vrai plaisir ! Un de mes senpaï cherchait à devenir dessinateur lui aussi et cela m’a beaucoup influencé. Je me suis alors impliqué d’avantage dans mon métier. Désormais, je ne me contente plus uniquement de réaliser la colorisation des dessins, je suis impliqué dès la première esquisse !

Noa Ichikawa a commencé sa carrière d’illustrateur en 2007. Depuis 2014 il travaille sur pour Ammolite.

Quel type de personnage préférez-vous dessiner ?
Peu importe l’âge, le physique, le genre ou le style, j’adore dessiner tous les types de personnages. En fait je suis en constante recherche de ce que j’aime le plus. Parfois je crois entrevoir ma préférence, mais en vain. C’est probablement cette sensation de quête permanente qui me procure du plaisir.

Y a-t-il un type de personnage ou de scénario sur lequel vous aimeriez travailler ?
Laissez-moi réfléchir… Vu que ces derniers temps je travaille essentiellement sur des petits projets, j’aimerais bien travailler sur un plus gros projet avec un scénario riche et profond !
Mais quelques soient les projets sur lesquels nous travaillons actuellement, pour parler d’un style que je connais bien, je voudrais en profiter pour améliorer davantage mes dessins. Quant aux styles que je ne connais pas encore, je relèverais volontiers le défi afin d’acquérir d’autres expériences.
Après, ce qui compte pour moi c’est de faire du bon travail qui mette en valeur celui de mes collègues, que ce soit celui du chef de projet ou du scénariste.

Quel est votre meilleur souvenir en tant qu’illustrateur d’eroge ?
Ce qui me fait plaisir c’est de voir mes fans jouer à nos jeux et d’avoir des retours de leur part.
Je n’étais pas de ceux qui cherchent à montrer leurs dessins aux autres. J’avais tendance à garder ce que je faisais pour moi. Mais pour pouvoir réellement profiter des salons doujinshi, j’ai commencé à montrer mes dessins aux autres. Aujourd’hui, à travers nos jeux, j’éprouve le même plaisir et la même joie que lors de ces conventions mais avec un nombre de personnes encore plus important !

Oppai Café Seins

Qui sont les artistes qui vous inspirent ?
Je ne peux pas dire avoir une personne spécifique en tête. Mais je suis inspiré tous les jours par ce que je vois sur les réseaux sociaux. Il y a tellement de dessins captivants et bourrés de talent. Et puis, au delà de la technique et de la beauté des dessins, je suis fasciné par ces gens qui postent régulièrement, une fois par semaine, voire même tous les jours ! Comme je dessine lentement, cela suscite le respect et c’est une compétence que je souhaite acquérir moi-même.

Ichikawa Noa Interview Oppai Café

En effet, les détails d’Oppai Café sont… C’est très… Vous voyez quoi !

Qu’est-ce qui, selon vous, fait un bon eroge ?
C’est une question difficile. Je suis féru d’eroges à la base. Ce qui est important pour moi c’est d’arriver à susciter l’excitation et l’enthousiasme chez nos fans non pas uniquement lorsqu’ils jouent à nos jeux mais aussi quand ils sont sur le point de les acheter, ou tout simplement lorsqu’ils se baladent à Akihabara. Voilà, c’est ma vision de mon métier.

Oppai Café a eu beaucoup de succès chez nous, quel est pour vous le point fort de ce titre ?
Les joueurs ont probablement apprécié l’ambiance légère dans laquelle on profite des deux magnifiques poitrines. Personnellement j’ai bien aimé avoir pu me concentrer sur les seins plus que d’habitude. J’ai pu ajouter du mouvement et apporter quelques originalités. J’ai ma propre philosophie lorsque je dessine des seins. Sur ce projet j’ai pu fournir encore plus d’efforts que sur les autres.

Comment avez-vous réagi en apprenant que vous aviez des fans hors du Japon ?
Cela me fait très plaisir ! Internet c’est formidable. Je suis impressionné… Malheureusement je ne parle que japonais. Mais un jour j’aimerais bien rencontrer mes fans dans d’autres pays et discuter avec eux librement. Je ne suis pas un très bon élève alors je m’en remettrai aux progrès de la technologie…

Avez-vous un message pour vos fans occidentaux ?
Je suis très heureux de savoir que des joueurs occidentaux apprécient mon travail. Je vais continuer à faire de mon mieux pour vous proposer des dessins toujours plus alléchants. Et puis, un jour, j’aimerais bien participer à un salon en Europe pour pouvoir profiter de votre délicieuse cuisine… Euh, je veux dire, pour vous rencontrer et passer de bons moments ensemble !

J’ai ma propre philosophie lorsque je dessine des seins.

Un grand merci à Ammolite et surtout à Noa ICHIKAWA pour nous avoir accordé cette interview. C’était vraiment un plaisir pour moi d’en apprendre plus sur un artiste que j’admire et j’espère que vous avez apprécié aussi. Vous pouvez suivre Noa ICHIKAWA sur Twitter ainsi que sur Pixiv.

Si cette interview vous a plu, nous en referons sûrement d’autres. N’hésitez donc pas à la partager et à laisser un commentaire !

Laisser une réponse